Bientôt plus de papier au Moulin de Pen-Mur ?

Lundi 16 septembre 2013 je reçois un mail dont le contenu me touche :

Aujourd'hui, journée du Patrimoine nous sommes allés au moulin de Pen-Mur à Muzillac, dont la vocation est la fafrication de papier "pur chiffon" : visite très intéressante, site remarquable.... mais ce bel endroit va fermer ! Depuis 3 ans le maire et Véolia son partenaire ont décidé que cet endroit avait une autre vocation... le locataire doit donc quitter les lieux abandonnant son travail, son investissement - restauration du moulin et du matériel - 27 ans de présence..."

 Nelly et Carlos Robert ont intenté un recours en justice, en voici le résultat :

Le Tribunal de Rennes a tranché, mettant fin à quatre longues années de combat... Le procès que nous avons intenté contre la commune de Muzillac suite à leur volonté de mettre fin à notre activité, vient de trouver sa conclusion en appel au bout de quatre années et après un premier passage au Tribunal de Vannes, qui nous avait débouté.
Nous demandions la résiliation du bail pour manquement de la part de la commune de ses obligations envers nous, à savoir qu'elle assure l'alimentation en eau de la roue, indispensable à notre activité.
Cette situation de privation durait depuis Octobre 2010 et le Tribunal de Rennes a tranché en appel, en nous donnant raison et en attribuant tous les torts à la commune de Muzillac.
La gestion de l'eau appartenant désormais à Véolia, nous en sommes définitivement privés. Nous obtenons donc résiliation du bail à partir du mois d'Octobre 2010.
C'est avec soulagement que nous avons accueilli la décision du Tribunal de Rennes. Ces quatre années de combat nous ont réellement épuisé et nous tenons vraiment a remercier chacun d'entre vous de nous avoir aidé et soutenu durant ce long combat. Merci à tous. Merci pour votre mobilisation et votre empressement a signer la pétition que nous avions mise en ligne. Merci pour vos nombreux messages de soutien.
C'est malgré tout avec un gros pincement au Coeur que nous quitterons définitivement le Moulin de Pen Mur, au plus tard à la fin de l'été.
Les indemnités consenties à notre égard par le Tribunal de Rennes, vont nous permettre de tirer un trait sur cette sombre histoire et de retrouver un Moulin plus accueillant, afin de faire perdurer notre activité et continuer, jour après jour, de transmettre notre passion du papier.
Merci à tous, du fond du Coeur.

 

1-moulin-de-pen-mur-muzillac-3.jpg

L'histoire du Moulin de Pen-Mur

Magnifiquement situé au bord de l'étang de Pen-Mur,dans un écrin de verdure, le Moulin à papier de Pen-Mur, à Muzillac, dans le Morbihan, est le dernier moulin de ce genre en Bretagne (datant du XVème siècle et représentant la tradition papetière du XVIII siècle). Il était plus ou moins laissé à l'abandon lorsque Nelly et Carlos Robert décident en 1986 de le restaurer et d'en re-faire un moulin à papier. Ils proposent depuis des visites guidées expliquant les différentes étapes de la fabrication du papier.

Le moulin comporte 4 niveaux, la visite commence tout en bas, dans l'atelier de fabrication.

2-atelier-de-fabrication-de-papier-pur-chiffon-2.jpg

Un charme certain pour cette pièce à l'ancienne où de nobles machines attendent le maître papetier pour reprendre vie. Carlos Robert commence la visite par une démonstration de dérompage - les tissus ayant été au préalable soigneusement triés en 3 catégories : fin, moyen, bulle ou grossier - Il s'assied sur le banc à déromper avant de découper les chiffons en petits morceaux à l'aide d'une lame de faux fixée verticalement.

3-decoupage-du-chiffon-sur-le-banc-des-chiffonniers.jpg

 

Carlos nous invite ensuite à découvrir la pile à maillets, qui fonctionnait il y a encore trois ans, grâce au mécanisme relié à la grande roue visible de l'extérieur ; cette machine sert à raffiner le chiffon et à le transformer en pâte à papier. Malheureusement cette belle mécanique est à l'arrêt :

"Cette machine fonctionnait avec la roue du moulin - 5,50m de diam, 3,10 m de large, pesant un peu plus de 5 tonnes et avec une puissance de 20 CV - cette roue entraînait par la force de l'eau les différents rouages qui permettaient aux maillets par leur action de martellement d'écraser et de défibrer le tissu."

5-pile-a-maillet-malheureusement-inutilisable-depuis-3-ans.jpg

"Cette pile à maillets n'est malheureusement plus utilisable et se détériore petit à petit car depuis plusieurs années, le maire de Muzillac s'emploie à briser notre activité en bloquant la roue du Moulin ; pour ce faire, il tire toutes les ficelles possibles - préfecture avec décrets sécheresse et appui de l'exploitant de l'eau potable, Véolia - ; Il essaie en même temps d'entraver notre travail de plusieurs façons, par exemple avec des travaux sur le site qui ont bloqué la voie d'accès en pleine saison estivale, sans nous en avoir avertis à l'avance, ou en enlevant des panneaux directionnels conduisant au site, ou encore en empêchant la reprise de la crêperie située juste derrière le moulin et pour laquelle nous avions beaucoup investi financièrement... Tout est fait pour nous décourager et nous faire partir de nous-mêmes...afin qu'il n'aie pas à payer les investissements que nous avons faits pour la restauration du moulin en rompant lui-même le bail."

22-la-roue-immobile-depuis-3-ans-3.jpg

22-la-roue-immobile-depuis-3-ans.jpg


Les personnes présentes lors de la visite sont sensibles à cet état de fait et ne comprennent pas qu'un tel patrimoine soit ainsi mis en danger de disparition. En effet Nelly et Carlos Robert, les artisans papetiers locataires du lieu depuis bientôt 30 ans, sont fatigués par toutes ces pressions subies et s'ils partent ce patrimoine qu'ils ont si bien su restaurer est amené à disparaître.

8-action-manuelle-sur-l-arbre-a-cam.jpgAprès avoir manoeuvré manuellement l'immense roue afin de montrer le mouvement de l'arbre à cames, Carlos continue la démonstration devant la cuve à ouvrer :

12-demonstration-avec-la-forme-tamis-1.jpg

"On y verse la pâte que l'on puise dans la cuve à l'aide de la "forme" - tamis avec différents maillages selon le papier que l'on veut obtenir - donnant ainsi naissance à la feuille de papier".

14-la-feuille-de-papier-est-couchee-sur-un-feutre-1.jpg

 

 14-la-feuille-de-papier-est-couchee-sur-un-feutre-4.jpg

"On dépose la feuille fraîchement confectionnée sur un feutre en retournant la forme sur le tissu (feutre)."

14-la-feuille-de-papier-est-couchee-sur-un-feutre-5.jpg

"Ce travail est effectué jusqu'à la constitution d'une porse (100 feuilles et 101 feutres) qui est ensuite mise sous presse. Une fois pressées, les feuilles ayant perdu plus de 60% d'eau, on sort la porse de la presse pour la déposer sur une table basse en levant les feutres, en les empilant et en soulevant délicatement les feuilles encore très fragiles ; une nouvelle porse est constituée, appelée "porse blanche". Lorsque plusieurs porses blanches sont ainsi constituées, elles sont remises sous presse, ce deuxième passage étant destiné à supprimer l'eau restant dans les feuilles. Au sortir de la presse, les feuilles sont alors conduites à l'étendoir où elles sont déposées sur des cordes à l'aide du ferlet, là elles finiront de sécher."

15-le-sechoir-ou-sont-accrochees-les-feuilles-fraichement-fabriquees-1.jpg


 

 

 15-le-sechoir-ou-sont-accrochees-les-feuilles-fraichement-fabriquees-4.jpg

 "Vient ensuite la délicate opération de l'encollage à la gélatine : les feuilles sont immergées dans un grand chaudron de cuivre appelé mouilloir ; au cours de ce bain, la gélatine pénètre les fibres. Remises sous presse pour éliminer l'excédent de colle, les feuilles retournent pour la deuxième fois au sèchoir."

16-le-chaudron-a-colle.jpg

17-les-presses-1.jpg"Le lissage est la dernière opération qui permettra d'obtenir un papier parfaitement lisse ; à l'origine effectué à l'aide d'un lourd marteau actionné par la roue du moulin, cela sera remplacé par une succession de mises sous presse, puis par le calandrage (laminoir)."

 

 

 

La visite se termine par le passage dans la salle d'expo avant de visionner une vidéo sur l'histoire du papier. Nelly Robert est présente dans la boutique-expo, située juste à côté, où différentes sortes de papier sont exposées et proposées à la vente : papiers vierges pour l'aquarelle, textes et poémes, enluminures, correspondance, reproductions, arbres généalogiques...

A l'extérieur le soleil joue avec les nuages et le paysage encaissé de la vallée de Pen-Mur ; des arbres magnifiques occupent les berges de l'étang de 40 hectares qui s'écoule ensuite à l'arrière du moulin en un ruisseau enchassé de verdure. Un cadre qui sied bien au Moulin de Pen-Mur, patrimoine en danger...

25-bel-environnement-du-moulin-de-pen-mur-5.jpg

Une pétition est en cours, lire l'article qui en parle

Site du Moulin de Pen-Mur

Ci-dessous le contenu de l'affiche explicative accrochée près de la roue :

MORT D'UNE ROUE

Depuis AOUT 2010, NOTRE ROUE NE TOURNE PLUS... 
Chronologie programmée de la mort d''une activité ancestrale

Août 2010 : Un décret préfectoral de lutte contre la sécheresse interdit à la roue de tourner.

Fin septembre 2010 : M. le Maire de Muzillac fait poser des planches devant la vanne, prolongeant ainsi les effets du décret selon son bon vouloir (les pluies abondantes et quasi quotidiennes qui suivront ne modifieront pas sa décision).

Juin 2011 : les planches sont ôtées afin que la commune , propriétaire de la vanne et du moulin puisse procéder au changement de celle-ci, jugée peu étanche (l'avenir nous dira que la nouvelle vanne n'aura pas gagné en étanchéité).
Les travaux s'étalent jusqu'en octobre; sans immersion dans l'eau depuis presqu'un an, la roue souffre énormément.

Octobre 2011 : la nouvelle vanne est en place, une manivelle est nécessaire pour la manipuler mais elle ne nous est pas remise ! Celle-ci d'ailleurs ne nous serait d'aucune utilité, la roue, désaxée au cours des travaux ne semble pas en voie de réparation.

Juillet 2012 : la roue n'est pas réparée, son état s'aggrave et toujours aucune nouvelle de la manivelle.
A l'initiative du Conseil Général dont notre maire préside la commission responsable des infrastructures, des travaux de restauration de la digue commencent : la route est fermée en partie, le parking encombré d'engins divers, de cabanes de chantiers, le bruit et les nuisances sont au rendez-vous jusqu'à la fin décembre 2012.
La roue ne tourne toujours pas, son état est jugé catastrophique par son constructeur.

A ce jour, pas de changement dans la situation, LA ROUE NE TOURNE TOUJOURS PAS.

Le spectacle auquel vous assistez vous est offert par les autorités locales. Nous demandons réparation auprès du Tribunal de Vannes qui statuera sur le litige qui nous oppose à notre bailleur représenté par Mr le Maire de Muzillac.

Commentaires (15)

MOULIN Jean-Luc
  • 1. MOULIN Jean-Luc | 31/10/2015
Il est quand même incroyable que la commune ayant acheté ce Moulin en 1970 au Baron Fabre ,et l'ai laissé à l'abandon jusqu'en 1986,année ou vous l'avez commencé la restauration, vous cause tous ces ennuis.
Je pense que tout celà cache une manoeuvre financière auprès d'un entrepreneur ou une récupération personnelle .
En tant que descendant de Papetiers Bretons je suis de tout coeur avec vous dans vos démarches en Justice.
Il est facile de récupérer ce bien maintenant qu'il est rentable.

Cordialement Vôtre.
rouzaud
  • 2. rouzaud | 30/08/2015
Bonjours,
Je suis atterré par l'attitude d'un Maire qui devrait être le protecteur du patrimoine et de la mémoire de son village.J'aimerais savoir ,si le conseil municipal était d'accord , mais Je soupçonne une décision arbitraire de sa part.Je soutien l'existence du moulin et nous sommes de tout cœur avec vous.
Amicalement.
corvoisier jean luc
  • 3. corvoisier jean luc | 08/08/2015
Bonjour
je connais le moulin depuis plusieurs année car je l'ai visité avec mes enfants & aujourd'hui avec petits enfants
c'est un endroit magique ,des gens passionnés le font fonctionner le patrimoine est en danger la tradition se perd
il n'y a plus que le pouvoir & l'argent malheureusement dans ce monde un peu fou !.....
il faut revenir à des valeurs sures , car nous perdons toutes nos valeurs & notre âme
Cordialement
& bon courage à vous
Eric DROUART - Président de l'ASMB (Moulins de Bretagne)
  • 4. Eric DROUART - Président de l'ASMB (Moulins de Bretagne) | 28/06/2015
Bonjour,

Je découvre sur votre site vos problèmes judiciaires contre la municipalité de Muzillac. Un avocat ne sait absolument pas monté un dossier, particulièrement lorsqu'il ne connaît pas les moulins.
Si vous étiez venu me trouver pour résoudre votre litige, je vous aurais trouvé les solutions et monté votre argumentation que vous auriez transmise à votre avocat.
Où en êtes-vous ? Est-ce récupérable ?

Très cordialement,
Eric DROUART, Président de l'ASMB - 02.97.42.31.50 - Kerblaizo - 56420 PLUMELEC
katija
  • 5. katija | 26/06/2015
bonjour,
où en êtes vous? je cherche sur internet un moulin pour faire du papier près des montagnes noires où je vis depuis peu et je visite votre site. je suis de tout coeur avec vous. comment vous aider?
bien cordialement,
presquilegazettenet
  • presquilegazettenet (site web) | 26/06/2015
Bonjour, Je vous invite à cliquer sur le lien direct du site du Moulin de Pen-Mur (en rouge au milieu de l'article), vous pourrez prendre contact avec les artisans. Ils continuent de fabriquer et on voit leurs réalisations.
presquilegazettenet
  • presquilegazettenet (site web) | 26/06/2015
Dernières nouvelles sur la page Facebook du Moulin de Pen-Mur : "Le tribunal nous a débouté de notre demande, le principal argument du rejet s'appuyant sur l'idée que la vanne meunière n'appartient pas au moulin. Cette argumentation qui ne figurait pas au dossier et qui n'est apparue qu'au cours de la plaidoirie de la partie adverse nous a pris par surprise puisqu'il ne nous est jamais venu à l'esprit que la vanne meunière, accessoire indispensable au moulin, pourrait ne pas en faire partie intégrante ; notre avocat au cours de l'audience n'a pas eu la possibilité d'objecter l'absence de cet argument dans le dossier et nous en sommes aujourd'hui à faire appel auprès de la cour de Rennes." C'est avec reconnaissance que nous accueillerions tout conseil en mesure de nous permettre d'appréhender en confiance l'audience en appel, seule susceptible de nous donner raison. C'est reparti pour la saison, sur trois pattes et sans eau mais toujours debout, voici nos jours et horaires d'ouverture: - jusqu'au 11 juillet: mardi, mercredi, jeudi, vendredi et dimanche, les après-midi seulement, visites à 15h15 et 16h15 - à partir du 12 juillet: tous les jours sauf le samedi matin et dimanche matin, visites à 10h30, 15h, 16h et 17h
Bhoomaiah Merugu
  • 6. Bhoomaiah Merugu | 25/01/2015
Handmade Paper making is a heritage arts. Although the content is in other than English I could not properly understand. Being associated with this industry years together I love and adhere this lovely industry and request to the rulers of that particular country to preserve this heritage arts and crafts for future generations.
Bourdaire
  • 7. Bourdaire | 24/01/2015
Bonjour,

pourquoi n'utiliseriez vous pas un de ces réseaux rassemblant les forces citoyennes pour vous aider à vous défendre contre cette abjecte décision?
Je suis sûre que de nombreuses personnes vous apporteraient leur soutien.
Je pense à Avaaz, ou à change.org …

J'espère que le bon sens aura gain de cause.

Bien à vous.
De Wolf Evelyne
  • 8. De Wolf Evelyne | 29/09/2014
Bonjour de Belgique,

En recherche d'une cuve à papier, je tombe sur votre blog par hasard.

Merci pour ces belles images, elles nous font voyager dans le temps, dans cet "avant" qui laissait une place à la poésie de chaque geste. Votre maire ne semble pas y être sensible. Il parle pourtant de vous sur le site de la commune "1987 : Carlos et Nelly Robert aménagent le moulin à papier de Penmur, acheté par la municipalité en 1970." puis, silence radio. Votre maire n'est peut être pas au courant que bon nombre d'êtres humains sur cette terre sont en recherche de sens, et que la fabrication de chaque feuille de papier est un exercice de méditation à elle toute seule. Une invitation à se rencontrer, soi.

Des lieux comme le vôtre relèvent du patrimoine universel de l'humanité, je regrette que certains humains ne sont pas encore assez éveillés pour le comprendre.

Bien à vous,
Evelyne
Chipoteuse (artiste pour les snobs)
Bienvenue à Bruxelles si le coeur vous en dit.
dominique
  • 9. dominique | 02/06/2014
Bonjour,
Je suis consterné de découvrir qu'encore aujourd'hui une municipalité ( par l'intermédiaire de son maire) puisse décider de détruire son patrimoine alors que tant d'autres seraient tellement heureuses de le posséder encore et de pouvoir en faire profiter les touristes!
Monsieur le maire, il n'y a aucune honte à reconnaitre son erreur, et cela serait tout à votre honneur, au contraire! Une roue qui ne tourne pas est condamnée à la destruction. Il en reste si peu. Alors par pitié pour elle, laissez de côté les petites magouilles financières des grands groupes et sauvez votre patrimoine ! Donnez lui de l'eau !
Un ami des moulins et des anciennes fabrications papetières.
Dominique V. de la Creuse.
Gilles
  • 10. Gilles | 22/05/2014
Bonjour

Nous avons avec mes amis du club de reliure visité le moulin de Pen Mur
Je soutiens ces personnes, dans leur combat pour garder leur outil de travail. En France au 21 me siècle c'est encore la loi du plus fort qui gagne, contre le bon sens.
Vouloir fermer un des (si non le dernier) moulin à papier. Mais au fait pour quelles raisons ??? Est ce que par hasard ( c'est une hypothèse) il y aurait une sombre affaire d'argent derrière ça ????
baert
  • 11. baert | 01/04/2014
Bonjour,
Ce serais dommage que le moulin ferme, ce site étant a la fois éducatif et historique ce serait un scandale de le fermer la mairie est en train de tué notre patrimoine, pour quelle raison veulent ils fermer ce site?? Nous somme de tout cœur avec vous et espérons bientôt avoirs la chance de visiter votre site avec nos enfants et nos petits-enfants. très cordialement et courage a vous.
PROVOST
  • 12. PROVOST | 23/09/2013
Bonjour,

J'ai visité ce moulin cet été et je soutiendrai ces personnes jusqu'au bout car je trouve ça honteux de s'attaquer à des gens qui ont donné beaucoup de leur temps et de leur argent à rénover ce moulin pour y faire un métier remarquable qui doit rester dans notre patrimoine. Notre patrimoine est en danger car il ne reste plus beaucoup de moulin qui respecte la tradition d'autrefois.
Moi je vous encourage à tenir bon et j'espère que l'année prochaine je pourrai revisiter le moulin.
Cordialement
presquilegazettenet
  • presquilegazettenet (site web) | 23/09/2013
Bonjour, C'est aussi ce que j'ai ressenti en faisant mon reportage l'autre jour, il faut soutenir ces personnes qui oeuvrent à sauvegarder un beau patrimoine. Cordialement, J.Grenier

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 13/08/2016