Comme une ritournelle

"Comme une ritournelle"

Une immersion drôle et émouvante dans la maladie d'Alzheimer.

Une pièce de théâtre d'Aurélien Jumelais

Au profit de France Alzheimer

Touchée par la maladie d’Alzheimer, Jeanine perd peu à peu ses souvenirs. Mais dans les méandres de sa mémoire ressurgit un terrible secret ». Dans ce texte nous découvrons toute la difficulté pour la famille d’accompagner un proche qui se perd, mais également les relations parfois difficiles entre patients et soignantes.

La pièce "Comme une ritournelle" a été jouée le dimanche 7 novembre au Théâtre Jean-Bart à St Marc sur mer, (au profit d’Al Fa Répit et de France Alzheimer). C'est une très belle pièce qui parle avec humour et émotion de la maladie d'Alzheimer. Elle a été suivie d'une discussion autour des questions posées par les spectateurs. Cette pièce, écrite et mise en scène par Aurélien Jumelais, peut être jouée dans les communes de Loire-Atlantique, elle touche particulièrement les personnes qui ont un proche atteint de cette maladie.

Ce spectacle a pu avoir lieu grâce à l'association "En Mémoire D'EUX" qui organise des manifestations culturelles et artistiques autour de la mémoire et du souvenir. Manifestations spécifiques pour les seniors et d'autres tout public (concerts hommages aux artistes disparus, théâtre, concours de chants et de photos)

Spectacles proposés par En Mémoire D'EUX

Page Facebook En Mémoire D'EUX

En memoire d eux 14

 

 

 

« Au départ du projet, ce sont mes élèves de l’atelier de Cordemais qui me réclament un écrit plus profond que nos précédentes créations. Mais je ne saurais dire ce qui a motivé l’inspiration de traiter le sujet de la maladie d’Alzheimer. Ma crainte, sur cette création, était de basculer dans le pathos. Je suis donc resté vigilant sur le juste milieu à trouver entre la pathologie et les rapports humains qui en découlent (les malades, les soignants, la famille).

J’ai tenté de placer au sein de cette histoire d’amour, car il s’agit bien là d’une histoire d’amour, quelques pointes d’humour que la maladie offre comme maigre soutient à ceux qui soutiennent l’être qui se perd. Durant toute l’écriture je me suis basé sur des souvenirs personnels mais aussi de témoignages de soignants, comme ma mère, auteur de deux monologues, petits bijoux de sensibilité.J’ai pensé et voulu cette histoire au plus proche de la réalité, que ce soit au niveau de la dramaturgie comme des dialogues. Cette pièce n’avait pas pour prétention d’éclairer qui que ce soit sur cette terrible maladie, je voulais simplement qu’elle soit au plus proche de la vie de ce qui nous touche de près ou de loin un jour ou l’autre. Il semble qu’elle ait trouvé son public ».

Aurélien JUMELAIS, Auteur

Date de dernière mise à jour : 20/11/2021