Cinéma Atlantic à la Turballe

Le cinéma Atlantic, à La Turballe, est géré par l'association du même nom, comprenant environ 70 bénévoles. 

A l'origine la salle appartenait à l'évêché, c'est en 1997 que la municipalité l'a rachetée avant de confier sa gestion à l'association Cinéma Atlantic en 2000. 

Dès la deuxième année, cette salle de proximité fut classée Art et Essai, labellisée "Recherche et Découverte", "Jeune Public" et "Patrimoine et Répertoire".

Ces classements se font en fonction de la programmation, de l'environnement et de la politique d'animation : débats, éducation à l'image...

Dès le début, l'association a voulu s'adresser à tous les publics, avec un fort volet Art et Essai mais pas d'élitisme. La programmation y est donc  éclectique et exigeante, présentant toute la diversité de la production cinématographique française, européenne et mondiale et à des tarifs attractifs.

Les films étrangers y sont projetés en version originale. Documentaires, ciné-concerts, rencontres-débats, cycles thématiques et reprises de classiques fidélisent un public curieux et attaché à la convivialité du lieu. Des court-métrages sont projetés avant le film, pas de longues plages de publicité, cela fait partie aussi de l'identité du cinéma associatif.

Engagé dans l’Education à l’image des jeunes spectateurs, la salle accueille les trois dispositifs nationaux (Ecole - Collège - Lycée - au Cinéma). Trois films sont programmés par an, des formations sont proposées aux enseignants. Au début de chaque séance est instaurée une présentation du film, de l'auteur. S'il s'agit d'un court-métrage, avec les écoles, il y a parfois un débat au milieu de la projection.

"Le but est de sensibiliser à l'art cinématographique, de montrer de grands classiques, des films qui marquent. La présentation du film avant la séance contribue à faire aimer un film, c'est quelque chose d'important pour les scolaires", explique Jérôme Penisson, directeur du Cinéma Atlantic. "On travaille en ce moment sur le cinéma à la carte. Un exemple : le film "Nous princesse de Clèves", un coup de coeur que l'on a envie de partager avec des lycéens car le film met en scène d'autres lycéens, de quartiers populaires, préparant et jouant un pièce de théâtre qui aurait pu paraître totalement décalée par rapport à leur univers mais qui curieusement a des interactions avec leur propre vie ! Le principe du cinéma à la carte, c'est d'envoyer des courriers aux lycées, collèges...afin de leur présenter le film et ce qu'il peut apporter aux élèves."

L'association Cinéma Atlantic propose donc des séances destinées au jeune public tout au long de l’année, y compris pendant les vacances scolaires, avec les centres de loisirs notamment et co-organise le Festival Rêves d’Enfances avec le cinéma Pax au Pouliguen. Une avant-première, des formations auprès des animateurs, des ateliers, des ciné-débats... Les plus petits ne sont pas oubliés : "Mon premier Ciné" propose des séances durant une partie de matinée avec présentation du film, de la salle et qui peuvent être parfois prolongées par des ateliers.

"Capelito champignon magique" est un film d'animation que nous programmerons en octobre, nous créerons ensuite avec les enfants des personnages en pâte à modeler à l'image de ceux qu'ils ont vu dans le film !"

Les temps forts du Cinéma Atlantic :

  • Festival télérama, en janvier,
  • Libre circulation, en mars-avril,
  • La chose publique, documentaires sur la politique, l'environnement..., en juin,
  • Le mois du film documentaire, en novembre,
  • Festival des trois continents, en novembre.

"Le planning est bien rempli ! Heureusement nous pouvons compter sur nos quelques 70 bénévoles qui s'investissent différemment : l'accueil, les projections, la distribution des programmes... En 2006, nous avions pu embaucher Arnaud, responsable technique qui a mis en place la caisse informatisée, la projection numérique... A 1200 séances par an, avec 250 films différents, il n'était pas de trop. Malheureusement nous n'avons pas pu le garder au-delà de 5 ans. Pourtant le cinéma associatif est une vraie chance pour les communes. Nous avons notre propre identité, nous ne sommes pas "des presse-boutons", nous avons un cahier des charges, nous sommes attentifs à l'accueil, il n'y a pas de jauge, nous respectons le format de l'image. En résumé le cinéma associatif c'est fort, compliqué, riche !"

Les bénévoles viennent de toutes les communes environnantes, le président Frédéric Petit est guérandais. Une des bénévoles était présente lors de l'entretien et je lui ai demandé ce que cela lui apportait :

"J'ai appris énormément de choses, fait des découvertes, pour moi le monde associatif est très important. Il y a de la richesse dans les contacts, c'est un lieu social où l'on fait des rencontres, on se découvre des talents, on s'ouvre à plein de choses."

Mon propre ressenti après cette rencontre c'est d'avoir eu en face de moi des personnes passionnées par ce qu'elles faisaient et convaincues de l'importance du cinéma associatif.

 

                                                                     Cinema atlantic

 

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 16/03/2018