Journée mondiale des zones humides 2018 à NDDL

Le dimanche 11 février 2018, les Naturalistes en lutte nous ont invités à la (re)découverte de ce magnifique bocage humide en participant à la journée mondiale des zones humides.

« A la rencontre des habitant.e.s des zones humides de Notre-Dame-des-Landes. Comme chaque année, le peuple libre des crapauds, grenouilles et tritons y célèbrent la cérémonie des amours dans leur mare favorite et ne comptent pas en déménager."

Depart de la paquelais

J'ai suivi le groupe qui partait à la découverte des chemins et prairies humides du côté de la Vacherie avec Aurélia Lachaud, botaniste accompagnée d'un mammologue, (spécialiste mammifères) et d'herpétologues (reptiles et amphibiens), ce qui a permis de diversifier les découvertes.

Derrière la ferme de Sylvain Fresneau nous empruntons un chemin boueux où nous faisons une première station d'observation auprès de la haie à 3 strates "elle pousse sur un talus qui a été fait autrefois lorsque les paysans défrichaient leurs parcelles."

2 chemin boueux la vacherieHaie a 3 strates

 

 

 

 

 

 

 

 

Il est un peu tôt dans la saison pour observer la petite faune mais nous avons eu la chance de voir la première ponte de grenouille agile "et j'ai même aperçu un moment une grenouille juste à côté !" commente Bertrand, herpétologue.

Ponte grenouille agileObservation d une mare

Dans une prairie humide un peu plus loin, nous nous penchons sur plusieurs plantes "quand on voit des joncs comme ceux-ci, c'est que qu'il y a sur-pâturage" explique Aurélia "et là où nous avons piétiné les multiples graines vont s'en donner à coeur joie pour germer au printemps car sinon elles sont étouffées par l'herbe"

Sur le bord d'un cours d'eau, Aurélia nous montre ensuite l'une des trois plantes protégées découvertes par les Naturalistes en lutte qui ont permis un recours, la sibthorpie d'Europe.Sibthorpie d'Europe

 

Nous terminons auprès d'une mare recouverte de lentilles d'eau et d'une espèce plus rare "ranuneulus omiophylles", il faut vraiment avoir l'oeil d'un-e naturaliste pour les différencier !

On ne remerciera jamais assez le travail d'inventaire de fond effectué par les NEL, comme ils se nomment, sur cette zone humide, un inventaire que vous pouvez retrouver sur le n° 223/224 de Pen Ar Bed (s'il n'est pas épuisé ?).

Les Naturalistes seront encore présents sur la zone ponctuellement pour continuer l'inventaire, pour informer, pour donner des conseils sur la gestion (par exemple créer des passages pour la petite faune et amphibiens sur la route D281 récemment dégagée des chicanes), pour entretenir des espaces comme ceux de la prairie oligotrophe....

Mare végétalisée

 

 

La Zad, une zone humide qui nous protège - 2017

Dans le cadre de la Journée mondiale des zones humides qui en 2017 avait pour thème la prévention des catastrophes, les Naturalistes en lutte nous emmenés à la découverte de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, le 19 février 2017.

Journee zones humides 2017

Véritable château d'eau, cette vaste zone humide alimente deux bassins versants avec une eau de qualité et contribuent à la prévention des inondations. De plus, le bocage et les landes à l’abri des pesticides constituent de véritables réservoirs pour la faune et la flore. Ce sont de précieux atouts pour éviter la catastrophe qui menace la biodiversité.

"Nous étions 16 Naturalistes en lutte pour emmener les très nombreux citoyens (285 personnes !) venus découvrir les zones humides de Notre-Dame-des-Landes ce dimanche 19 février 2017Déjà l’année passée nous étions plus de 400 personnes réunies pour ce même évènement. Cette affluence renouvelée prouve que les citoyens s’intéressent fortement à ce sujet d’actualité et souhaite découvrir par eux-mêmes ce site. 

L’accent a été mis sur l’importante de cette zone humide qui préserve plusieurs communes des inondations mais permet aussi un soutien d’étiage et le maintien de bonnes conditions écologiques des cours d’eau alimentés par ce plateau. 

Ce fût l’occasion de beaux moments de partage avec des gens curieux d’informations et très heureux d’avoir découvert de plus près les zones humides de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes. 

Groupe avec Aurélia Lachaud

Nous avons pu observer, pour les espèces les plus intéressantes : des indices de présence du Campagnol amphibie, le Crapaud épineux, la Salamandre tachetée, la Grenouille agile avec des pontes etc."

Aurélia Lachaud - Botaniste pour Bretagne Vivante

Journee zones humides 2017Journee zones humides 2017

Photo de gauche : reliefs du repas du campagnol amphibie

Journee zones humides 2017

Voir par ici les photos de Jim Citoy'Art

Commentaires (1)

BIBAL
  • 1. BIBAL | 28/01/2016
Nous allons essayer de venir

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 13/02/2018