Chaussage de la saline neuve : un travail en équipe

Travail hivernal dans les marais-salants

Si on connaît bien le travail du paludier en été, avec son côté romantique lors de la récolte du sel, et si on devine qu'en amont il y a eu beaucoup de préparation, on connaît souvent moins bien les différents travaux nécessaires à l'entretien et à l'activité du marais, en dehors de la saison estivale.

Alors que la brouette et le las sont rangés dans la remise au bord du marais, la boyette (appelée houlette à Guérande) et la faux prennent le relais pour entretenir les talus et les marches, débroussailler, curer les fossés etc...
 

Dans le reportage précédent un petit groupe de 4 paludiers effectuaient ensemble le curage du fossé de ceinture dans le cadre d'un contrat MAE.
 

Cette fois il s'agit du chaussage de la saline neuve, située dans le bassin du Mès à Lany... 11 paludiers ont retroussé les manches le matin du 27 janvier 2015 pour manier ensemble la boyette. Il s'agissait de charger les oeillets avec de l'argile : répartir les mottes, retourner la vase et la laisser se mélanger ensuite jusqu'à la fin de l'hiver.

"Tous les oeillets doivent être au même niveau (celui des adernes), ce travail se fait par étapes. Sur un chantier classique il y en a 5, aujourd'hui nous avons fait une variante."

Les différentes étapes du chaussage

- Première étape 

"On remet de l'argile neuve apportée sur un chaland, on "charge" les oeillets, on "migaille" (répartir les mottes) avec une boyette, on retourne la vase et on la laisse mariner pendant l'hiver."

Deuxième étape à la sortie de l'hiver 

"On refait les côtés et la base des ponts, on les "lève", on trace les hourdis et on attend ensuite que ça sèche, que ça se fissure."

- Troisième étape 

"On tourne, c'est à dire qu'on répartit la terre pour donne la forme à l'oeillet : on égalise, on graisse les ponts qui ont fendillé en sèchant."

Quatrième étape 

Elle a lieu à la fin du printemps, au lever du jour, quand il n'y a pas de vent :

"On va faire les sillons, on répartit la terre avec une pelle pour l'étaler."

- Cinquième étape 

Elle est essentielle pour que le niveau de l'eau soit bien plan :

"Quand le sel est dedans on "tape" les oeillets avec une pelle à taper, bien lourde, qui permet de lisser le fond et de donner la forme définitive des oeillets."

 

Quand vient l'heure de la récolte, il faut attendre la quatrième prise de sel pour que celui-ci soit bien blanc.

"Une saline nouvellement chaussée c'est plus de productivité. L'entr'aide est importante, on tourne sur les salines des uns et des autres."

Extrait d'un article précédent sur une sortie avec le CPIE Loire océane

On manie la boyette

 

Chaussage de la saline neuve

Les boyettes en action

Chaussage de la saline Neuve

Commentaires (2)

claude
  • 1. claude | 28/01/2015
salut merci pour le film, pour une fois que l on se voit en action
presquilegazettenet
  • presquilegazettenet (site web) | 29/01/2015
Bonjour Claude, J'ai choisi la vidéo où vous étiez Tous au travail en même temps :) Bravo pour votre énergie, c'est vraiment un boulot physique !

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 23/05/2015