Résistance contre le Surf Park : harcèlement de militants

Procés de militants

Le 20 avril 2021 à Saint-Nazaire a eu lieu le délibéré du procès des victimes d’une expulsion illégale et violente par une milice, pilotée par des élus locaux et la FNSEA 44 et couverte par la gendarmerie, lors du rassemblement de juillet 2019 sur le site. 

Relaxe sur les faits de violences en réunion pour les membres de notre collectif mais ils vont faire appel de ce délibéré car une condamnation a quand même été prononcée à leur encontre concernant le délit "d'occupation illicite de terrain d'autrui en vue d'y habiter, ce même de manière temporaire" (sic) !
Une jurisprudence inquiétante en France qui signifie ainsi que dorénavant toute occupation militante d'un lieu en vue de le défendre de sa destruction ou pour toute autre raison pourrait entrainer la condamnation des militant-e-s !
Ils ont été condamnés à verser chacun 1000 euros d'amendes pour ce délit :
Nous ne pouvons laisser passer cette condamnation sur ce délit, car c'est toutes les luttes en France qui seraient concernés par cette jurisprudence.

Concernant les faits de violences en réunion, c'est ironiquement la vidéo des gendarmes présents et qui n'ont pas empêché la milice de nous expulser illégalement et violemment, qui nous a disculpés. Mais au vu justement des preuves vidéos qui montre bien l'intention de venir en découdre de la part de la milice pro-SurfPark, c'est toute la procédure judiciaire qui aurait dû être rendu caduque ou tout du moins d'inculper toutes les personnes présentes ce jour là, notamment les civils venus nous expulser. Un bénévole qui participait au montage du festival de résistance au projet ce jour là et qui a tenté de défendre dans la panique un camarade violemment bousculé par les miliciens, a lui été condamné à 4 mois de prison ferme. Une peine aménageable en TIG ou bracelet électronique, mais une peine que nous ne pouvons malgré tout pas accepter.

Nous devrions également régler 1500 euros de dommages et intérêts à Mr Rouaud, l'agriculteur qui a fait appel à la FNSEA pour organiser l'expulsion illégale ce jour là et qui louait en bail précaire le terrain du projet du Surf Park jusqu'à sa destruction prévue à l'origine quelques mois plus tard...et qui avait pourtant accepté les indemnités d'éviction...
Il nous resterait également à régler 800 euros de frais de justice.

Le fait qu'il n'y ait pas eu de relaxe totale sur cette affaire et aucune inculpation de la milice nous ayant expulsé illégalement et violemment signifie également qu'il est aujourd'hui possible pour un groupe de civils en France de se faire justice lui-même concernant des occupations militantes et ce avec la complicité active des autorités.Cela signifie également un sentiment total d'impunité pour les civils du Pays de Retz qui en ont après nous.

Un grand merci à toutes celles et ceux qui se sont bougés avec nous depuis que nous avons lancé la lutte contre ce projet insensé de Surf Park en Décembre 2018, c'est grâce à votre mobilisation lors des actions que nous avons organisées que le projet a aujourd'hui coulé (en tout cas officieusement) !

 

Procès Surf Park

Cette affaire dépasse le simple cadre de la lutte contre le Surf Park de Saint Père en Retz et est révélatrice d'un climat semblable aux années 30 en France avec développement d'actions conjointes et assumées de milices avec les autorités, comme des camarades ont également pu le subir lors de l'expulsion/incendie de la ZAD de la dune en Mars 2020 (cf lien)

Voici le résumé des faits dont une version longue est disponible ici

Voir ci-dessous le reportage du week-end des 20/21 juillet 2019 *

Harcèlement de militants

Yoann et son père Hubert Morice, maraîchers bios et militants écologistes à Chauvé ont participé activement à la lutte contre le Surf Park (et d'autres luttes environnementales en Loire-Atlantique), notamment en prêtant l'une de leurs parcelles, depuis ils ont été harcelés à plusieurs reprises au moment de la lutte contre le Surf Park et maintenant à nouveau, alors qu'un procès leur a été intenté (voir ci-dessous) par ces mêmes personnes ! Le monde à l'envers !

Témoignage de Yoann :

Votre soutien va être vital dans les prochaines semaines, en effet on subit un harcèlement constant et des menaces sérieuses dans la commune de Chauvé (44) depuis quelque temps qui nous fait craindre le pire pour la suite...

Ces dernières semaines : Menaces de mort à l'encontre de mon père (y compris au conseil municipal, sans que personne n'en pipe mot !), agressions verbales en groupe en toute impunité sur des terrains de mon père, vol de bois, harcèlement constant par le passage successif de véhicules en plein jour (et parfois en pleine nuit !) dans l'impasse menant à nos deux fermes, refus de la gendarmerie de prendre nos plaintes en allant jusqu'à dire "la prochaine fois appelez le 17" sic !

En effet, ces faits qui montent en puissance, qui nous épuisent moralement et physiquement et qui nous font craindre le pire pour la suite (pour nos fermes et/ou notre intégrité physique), sont en grande partie liés à notre engagement avec mon père dans les luttes dans le Pays de Retz (contre la mafia SAFER/FNSEA, le projet de Surf Park de Saint Père en Retz et la lutte au Carnet).

A l'heure où les autorités et les médias font grand bruit de l'agribashing, il serait pourtant vital de pointer du doigt l'écolobashing qui monte en puissance en France, qui plus est soutenu et/ou couvert par les gendarmes et élus locaux ! Les agressions récentes envers les journalistes et leurs soutiens en Bretagne par rapport au dossier des algues vertes l'illustre bien. Les lanceurs d'alertes sont de plus en plus stigmatisés, agressés, voire assassinés sur tout le globe, à l'heure pourtant où il n'a jamais été aussi vital de se battre pour notre avenir commun et où tous les rapports scientifiques alertent sur l'urgence d'agir

Face au silence des autorités, exprimons notre solidarité : même si vous n'êtes pas engagés dans des luttes, votre soutien est vital. Il en va de l'avenir des lanceurs d'alerte en France, il en va de notre avenir à toutes et tous !

Pour en savoir plus sur nos combats, sur les menaces que nous avons déjà subies dans le passé de la FNSEA et d'habitant-e-s du coin, sur le procès nous concernant par rapport au Surf Park, vous trouverez toutes les infos en consultant les pages du blog terrescommunes.zci.fr

Merci d'avance de votre soutien !

Plus de 10 ha de terres agricoles bétonnées

La commune de Saint Père en Retz (44) appuie avec force le projet privé d’un surf park de 8,4 ha (création de vagues artificielles sur un bassin de 200 m de long, 75m de large et 2m de profondeur) sur des terres agricoles pérennes.

Ce projet insensé de surf park à 10 km de l’océan prévoit également un complexe sportif avec hôtels et restaurants sur 3 ha ainsi qu’un camping sur 8ha.

Le projet global est soutenu par la communauté de communes Sud Estuaire, le département et le ministère des sports.

Tandis que la ressource en eau devient de plus en plus rare avec l’aggravation des sécheresses et le développement de l’agriculture dopée à l’irrigation, la préservation des terres agricoles est plus que jamais une nécessité pour la vie de nos campagnes.

Sur l’ensemble du PLU communal, c’est 58 hectares que la commune de Saint père en retz prévoit d’urbaniser dans les 10 ans à venir ! Combien de petits projets paysans auraient pu être installés à la place ?, combien de réserves pour la biodiversité auraient pu être mis en place ?

Mais cette commune n’est pas la seule, les nombreux PLU votés actuellement dans le Pays de Retz ne remettent nullement en cause le bétonnage des campagnes, et sans que pour l’instant une opposition franche des habitant-e-s aient lieu. Allons-nous enfin changer la donne ?

Surf snowdonia jonty storey

Un argument supplémentaire pour l'abandon du projet de Surf Park surtout calibré pour les #JO2024 et dépendant financièrement de ces derniers : les promoteurs du projet prévoyaient que le projet de Surf Park accueilleraient les équipes internationales de surf pour l'entrainement en vue des JO2024, la fédération française de Surf les soutenant à ce propos, mais :
- Les vagues à Tahiti ne correspondent pas du tout aux vagues initiées dans les bassins de Surf, qui ne correspondent déjà pas aux conditions réelles de la pratique du Surf, mais correspondent encore moins aux vagues parmi les plus périlleuses au monde !
- Le CIO aura du mal à justifier le bilan carbone si les équipes internationales doivent faire des allers-retours pour s’entraîner à Tahiti et dans le Surf Park de Saint Père en Retz.

Capture 22

Source photo sport.francetvinfo.fr

 

* Week-end de résistance - 20-21 juillet 2019

Ambiance festive en cette fin de week-end de résistance au projet de Surf Park, un week-end qui a commencé dans la violence, les pros voulant empêcher l'installation d'une zad sur le terrain concerné par ledit projet.
Les militants ont dû replier sur la Ferme du Pin à Chauvé dès le samedi où l’AlterTour venu de Nantes les a rejoints.

Je suis allée me rendre compte par moi-même, rencontrer les gens, je n'ai pas regretté, c'est toujours ce qu'il y a de mieux à faire : ne pas croire systématiquement ce que disent les médias de masse et à  aller sur place, discuter et se faire sa propre opinion.

Décryptage : les batons et les barres de fer étaient prévus pour monter les stands et autres barnums et les couteaux pour la cuisine. La violence a été du côté de la cinquantaine de pros : un tracteur a foncé sur les opposants, il y a eu des menaces de destruction de la ferme du pin et jusqu'à des menaces de mort.* Les gendarmes mobiles ont laissé faire sans intervenir.

*Le collectif Terres communes lance un appel à soutien et à témoignages.


Quoiqu'il en soit, il faut combattre ce genre de projet nuisible... alors qu'on tire partout la sonnette d'alarme pour notre planète malade.

Le Surf park comprend un bassin de 200 m de long par 85 de large, contenant 11 000 m³, des calculs ont été faits pour ajouter à cela l'eau perdue par l'évaporation et cela amène la dépense d'eau à... 40 000m3, alors qu'au vu des sécheresses à répétition on nous demande de préserver l'eau, y-aurait-il deux poids deux mesures ?

Pétition à signer par ici

Les photos du samedi 20  juillet ont été prises par Joëlle Nicole Ronnet, merci à elle !

Panoramique du lieu qui serait impacté

Panoramique terrain impacté Surf Park

ZAP la vague

Surfeur cherchant la vague

"On vient surfer, elle est où la vague s'il vous plaît ?"

(Une grande majorité des surfeurs-euses est contre ce projet à 10kms de l'océan.)

 

Commentaires (17)

Perezien
  • 1. Perezien | 03/09/2019
Les + de mon petit pays:
- Il se porte très bien économiquement (artisanat, commerces, banque, industrie agro et non, entreprises de BTP, campings, MAM, agriculture etc)
- On n'est pas du tout dans un désert médical.
- Toute activité / divertissement sont à moins de 15 min de voiture (kitesurf, même du surf de temps en temps, cheval, bowling, piscine, parapente longe côte, foot, basket, tennis, golf, canoé, cinéma, athlétisme, char à voile, voile, Défi nature, wakeboard, pêche, chasse, badmington, vélo, skate park etc et j'en oublie tellement... Même en ville peu de gens peuvent se dire à moins de 15min de toutes ces activités.
Les - de mon petit pays:
Trop peu de paysans bios, de grosses monocultures pleines de pesticides. Une ligne de chemins de fer abandonné par la SNCF, très peu d'évènements culturels, un tissus communal et/ou associatif solidaire faible.Encore des zones blanches pour les téléphones portables (oui oui il y en a encore...), balades hivernales impossibles car trop dangereuses en période de chasse, Abandon relatif et progressif des services d'état (pôle emploi, poste, gendarmerie, école publique). En alerte sécheresse tous les ans, et pas du tout auto-suffisant en énergie électrique.

La solution de la mairie: On va faire un parc d'attraction aquatique...
NORMAND
  • 2. NORMAND | 12/08/2019
NON à ce projet de surf park.
Ce serait une énorme bêtise. .
Préservons notre planète avant qu'il ne soit trop tard.
Pensons à nos enfants et petits enfants enfin! Quelle terre allons nous leur laisser?
Les loisirs, toujours les loisirs, tout vouloir, mais c'est quoi ces comportements de gens gâtés?
Vincent
  • 3. Vincent | 28/07/2019
Bonjour

Ce n’est pas les champs qui manque par contre un peu plus d activité économique serait bienvenue. J espère que ce projet qui respecte toute les règles verra le jour.
On est tous un peu ecolo, qui n aiment pas la nature, ou le champ des oiseaux. Mais heureusement qu on est pas tous bornés comme certains écolos anarchistes sectaires. Faire une zad...
presquilegazettenet
  • presquilegazettenet | 28/07/2019
Bonjour, ce n'est pas qu'une question de préservation de terres agricoles mais ce projet est un non-sens concernant le gaspillage d'eau (et d'énergie pour le faire tourner), cité dans l'article : "Le Surf park comprend un bassin de 200 m de long par 85 de large, contenant 11 000 m³, des calculs ont été faits pour ajouter à cela l'eau perdue par l'évaporation et cela amène la dépense d'eau à... 40 000m3, alors qu'au vu des sécheresses à répétition on nous demande de préserver l'eau....", de plus ça attirerait encore davantage de touristes donc encore plus de gaspillage d'eau. Il est temps d'inventer une autre forme d'activité économique pour notre planète (et ce ne sont pas les idées qui manquent pour développer des projets durables dans le secteur de l'écologie et de l'économie solidaire) car on va droit dans le mur de l'effondrement (ressources qui s'épuisent, climat qui change etc.... études scientifiques sérieuse). Il est grand temps de protéger ce qui reste de biodiversité, toutes les formes de cette protection sont donc bienvenues (heureusement qu'il y a eu la zad de notre dame des landes pour empêcher ce projet aberrant)
xena
  • 4. xena | 27/07/2019
Moi je me demande si ces élus ont un cerveau....Ont-il prévu des structures médicales supplémentaires? Sont-ils au courant que l'été les cabinets médicaux de Saint Père sont saturés? Qu'il n'y a souvent même pas assez de place pour les habitants de Saint Père? Quand on va rajouter la population de la structure hôtelière et du camping... ou les gens iront-ils se faire soigner???? Habitants de Saint Père réfléchissez y!!!!!
Jarnoux
  • 5. Jarnoux | 26/07/2019
Pourquoi pas une station de ski avec des remontées mécaniques....neige artificielle....
.
iris viba
  • 6. iris viba | 22/07/2019
Depuis quand est-ce indispensable d'avoir un surf park? N'est-il pas plus important de conserver des terres agricoles, nous savons la planète en danger, n'aggravons pas les choses. La montagne a été bétonnée, la côte a été bétonnée tout ça pour plus de loisirs. Stop au tout béton!
Forget
  • 7. Forget | 22/07/2019
Bonjour,
A Saint Nazaire, la ville prévoit de construire des grands immeubles dans la zone du parc paysager le poumon vert dehttps://m.facebook.com/groups/178273432634/permalink/10156726626162635/?refid=18&__tn__=R-R saint Nazaire !
JRN
  • 8. JRN | 22/07/2019
« Il se trouve que dans la région il n'y a pas de vagues » écrivent certains, mais il n’y a pas de neige non plus… Alors pourquoi ne pas rajouter une petite piste de ski artificielle ?
On ne peut pas TOUT avoir PARTOUT, Il faut savoir raison garder … Contentons-nous de ce que nous offre la nature, l’Océan est à deux pas, allons donc surfer sur ses vagues, même si elles ne sont pas parfaitement calibrées ;)
landreau
  • 9. landreau | 23/06/2019
je viens de decouvrir ce projet..et sa contestation.quand je pense qu'une super idée pareille va surement tomber a l'eau(sans jeu de mot) pour des pseudo pretextes environnementaux.
deja d'une,presenté comme tel,a savoir un surf park a 10 km de la mer,n'est absolument pas un argument.ce n'est pas une simple piscine mais un plan d'eau a vagues pour le surf.et il se trouve quand dans la region il n'y a pas de vagues.il faut aller en vendée au mieux sinon quiberon,ect..alors ya bien des petites spots mais qui fonctionnent 3 ou 4 fois par an,vagues pas propres, courtes,bref dire que detre pres de la mer ca n'est pas un argument clairement.
ensuite ok ca va occuper du terrain forcement.j'ai envie de dire st pere,le pays de retz,c'est pas la pampa qui manque faut pas deconner.st pere ne croule pas sous les immeubles,les zones industrielles, c'est meme plutot bienvenue d'apporter un peu de vie dans ces communes franchement ennuyeuses et j'en viens je sais de quoi je parle.des champs yen a tout le tour du ventre.c'est une maigre contrepartie d'accepter que quelques champs soit alloués a autre chose que la jachere,pour ramener un ^peu de vie,de l'emploi,de l'activité economique,du tourisme,et la fierté d'avoir quelque chose d'unique parce que ca court pas les rues les piscines a vagues.
au niveau energivore, oui j'imagine que ca l'est, apres je suppose que le ticket sera pas donné c'est la société qui gere qui paye.
l'impact sur l'environnement,la faune,evidemment yen a un,mais ya suffisamment de champs autour pour heberger les especes déplacées, et c'est comme ca que vit l'homme aussi malheureux que ce soit,vous memes dans vos maisons vous avez degagé des animaux pour mettre votre maison.ou on arrete tout on ne construit plus rien,pourquoi pas..bref je trouve que ce projet a du pour et du contre mais surtout du pour.et j'aurais racheter un surf c'est clair si le parc se faisait!
Niger
  • 10. Niger | 27/03/2019
Quand on sait qu'il y a un très bon spot de surf à St Michel
LE CUNFF
  • 11. LE CUNFF | 06/03/2019
Moi je suis pour :)
presquilegazettenet
  • presquilegazettenet | 06/03/2019
Vous avez des arguments à présenter ?
Jon BigB
  • 12. Jon BigB | 05/03/2019
Je soutiens fermement la préservation des terres, non seulement de ce genre de loisirs artificiels mais également de la surexploitation agricole, la pollution de nos terres qu'elle soit par le béton ou les pesticides ne m’intéresse pas ...
Loquais michel
  • 13. Loquais michel | 28/02/2019
Cette civilisation de loisirs artificiels est mortifère. Plonger dans la grande bleue à 10 km de là est bien meilleur pour la santé de tous, Les terres agricoles productrices de végétaux à partir du sol et de l'énergie du soleil sont elles aussi garant de notre santé, Ils est crucial de préserver nos terres agricoles et les emplois de proximité qui vont avec...
Benoit Boucher
  • 14. Benoit Boucher | 27/02/2019
Détruire les terres revient à commettre un génocide.
Launay
  • 15. Launay | 27/02/2019
Je soutiens fermement la préservation des terres agricoles

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 21/04/2021