Un bras de mer dans les terres : Traict du Croisic/Pen-Bron

Heureusement qu'il avait été fortement recommandé d'être chaussé de bottes et chaudement vêtu ce matin du samedi 7 janvier 2012 pour la 4ème sortie en Zones humides de la saison 2011/2012 organisée par le CPIE Loire-Océane...

CPIE Pen-BronCPIE Pen-Bron

 

Nous sommes partis observer de plus près ce bras de mer dans les terres : les traicts du Croisic et de Pen-Bron qui permettent l'alimentation des marais-salants.

Pour commencer, Jean-Baptiste Vannier, le guide-animateur du CPIE, nous a retracé à l'aide d'une carte, l'historique de ce paysage si particulier.

CPIE Pen-BronCPIE Pen-Bron

"Le traict est un haut lieu d’hivernage et de repos de diverses espèces d’oiseaux (Bernaches, Bécasseaux, Avocettes, Barges,…) qui y trouvent la nourriture nécessaire : phytoplancton, zostère (herbe marine), crustacés... quand les conditions leur sont favorables. Il est placé sous la protection de Natura 2000."

Ce site fait partie des 27 000 sites protégés par Natura 2000. 30 000 oiseaux y séjournent, beaucoup sont des migrateurs et doivent constituer des réserves (la moitié de leur poids !) pour ensuite pouvoir parcourir de très longues distances. D'où l'importance de la préservation de ce milieu fragile.

Cet endroit est aussi un espace de conchyliculture (élevage de coquillages).
- Frédéric Miché, conchyliculteur nous a présenté ses parcs et la biologie des espèces qu’il y élève : coques et palourdes.
Conchylicultureconchyliculture
Une quinzaine d'entreprises conchylicoles exploitent des concessions sur 1/3 de la superficie totale des traicts (680 ha). C'est une activité aussi importante que la récolte de sel.
"Nous pratiquons l'élevage des coques et des palourdes", nous explique Frédéric Miché."Le fait que cette zone soit protégée est intéressant pour la conchyliculture : c'est une zone calme et riche en nourriture. Les sels minéraux, nitrates (néfastes seulement en grande quantité), les algues vertes (idem), tout cela donne du plancton végétal. Le mariage de l'eau douce et de l'eau salée permet un fort développement phytoplanctaire.Cette large zone libre que nous observons autour de nous, qui pourrait paraître inutile, est au contraire à la base de la chaîne alimentaire, c'est un potentiel très riche pour la conchyliculture puisqu'elle fournit la nourriture aux coquillages."

Les conchyliculteurs sont locataires des terrains qui appartiennent à l'état. Ils ont une obligation de piquetage, d'entretien et doivent respecter les quotas pré-définis. Le Croisic est le premier producteur de coques, essentiellement vendues à l'exportation (Espagne...).
"C'est une question d'habitude alimentaire. Souvent les gens d'ici pensent que les coques sont sableuses, or nous les passons au dégorgeur."
- Et elles sont très bonnes !, commente une des participantes.
- Nous faisons de l'élevage à plat pour les coques et les palourdes. Les tables que vous voyez au loin sont des tables à huîtres. La culture des coques est très simple, je dirais "archaïque" : les dragues récoltent les naissins du côté de Pénestin où il y a abondance, puis on les sème sur la vase, soit avec un chaland, soit à la fourche entre les perches que vous voyez là. Le coquillage s'enfonce et un an après on peut récolter ! C'est une production extansive : tout dépend de la météo...c'est difficile de gérer la quantité, on travaille sur la qualité, on utilise le potentiel du milieu, il vaut mieux freiner qu'accèlerer."

Frédéric Miché est convaincu que c'est en respectant le milieu que la production sera à la hauteur des espérances.
"L'élevage des palourdes est plus sophistiqué, nous n'avons théoriquement pas le droit de pêcher du naissin sauvage, nous avons donc mis en élevage de la palourde japonaise. Le semis se fait à l'aide de tracteurs. Il y a prédation : le crabe vert, les huîtriers pies, les dorades, nous utilisons donc des filets, qu'il faut assez vite enlever. 

pen-bron CPIEPen Bron

Cette zone est donc très fréquentée par les agriculteurs de la mer mais aussi par les pêcheurs à pied. Un rappel concernant les règles à observer : utiliser seulement le griffoir à main et le couteau à palourde mais surtout pas de fourche ! Bien entendu respecter les limites des parcs et se procurer un cali-pêche auprès du CPIE pour mesurer la taille des coquillages.
Nous sommes ensuite partis vers la butte du Pô, en traversant la zone vaseuse... non sans manquer y laisser une botte ou deux ! puis les tapis d'herbier où poussent aspartines, salicornes, obiones (faux pourpier), la végétation pionnière qui va former les prés-salés.
Des chemins d'exploitations sont tracés pour éviter de détruire ces herbiers et notamment, plus vers le large, la zostère, herbe marine protégée au niveau régional, dont les bernaches cravants se nourrissent ainsi que quelques autres oiseaux ou crustacés (bigorneaux brouteurs).
pré-salé pen-bron
aspartine obione
- Philippe Della Valle, chargé de mission Natura 2000 au sein de Cap Atlantique nous a ensuite décrit  la charte des activités nautiques dans les traicts du Croisic.
Elaborée en concertation avec les représentants des usagers du site, ce document vise à concilier la pratique des activités nautiques (voile, kite-surf, kayak, paddle-surf…) avec les activités conchylicoles et l'accueil de nombreux oiseaux migrateurs. 
"On observe des oiseaux toute l'année mais à partir d'octobre leur nombre augmente avec un pic en janvier (demain dimanche 8/01 est organisé un comptage international) :
  • des courlis cendré, limicoles qui cherchent leur nourriture dans la vase : vers, crabes...
  • des huîtriers pies (la pie de mer), un millier d'individus, qui se nourrissent de coques,
  • le pluvier argenté, si beau dans son plumage nuptial, 900 en ce moment,
  • l'aigrette garzette qu'on ne présente plus,
  • les bécasseaux variables, longs migrateurs,
  • les tadornes de belon, canards nicheurs, 2500 individus, qui se retrouvent tous dans la mer d'Ewaden, en Allemagne, pour la mue, car ils sont fragiles à ce moment-là, ne pouvant voler,
  • les bernaches cravants, 3000 au Croisic, 1500 à Pen Bé, migrateurs qui se nourrissent de la zostère et d'algues vertes (ulves).
Ce site présente de l'intérêt pour la barge à queue noire qui y trouve sa nourriture. Si la saison d'hiver est mauvaise, elle ne peut pas engranger suffisamment de réserves pour son long voyage et meurt.
Les avocettes sont de plus en plus nombreuses à passer l'hiver ici, on compte 500 couples. On étudie leur stratégie migratoire qui semble être héréditaire."

Les bôles de Sissable représentent le plus grand reposoir d'oiseaux. Ceux-ci s'habituent à la présence des conchyliculteurs mais le développement nautique dans les traicts posait problème. Les associations de protection de la nature, les conchyliculteurs et les paludiers se sont inquiétés de cela et plutôt que de réglementer a été mise en place la Charte des Activités nautiques.
"Il y a eu un diagnostic, puis une concertation avec les professionnels, les associations de protection de la nature et les clubs nautiques. La charte a été signée par pratiquement tous les acteurs (28 signataires). Du 1er octobre au 1er mars, il n'y a pas d'activités nautiques."

Cap Atlantique va diffuser un dépliant expliquant cette charte dans les offices de tourisme.
D'ores et déjà vous pouvez la consulter sur leur site.
CPIE Pen BronCPIE Pen Bron
Photos d'oiseaux visibles sur le Traict, les vasières des marais et le littoral dans la rubrique : Album photo "Oiseaux des marais et du littoral", colonne de droite sur la page d'accueil.

Pour la 3ème année consécutive, le CPIE Loire Océane propose 10 sorties en « Zone humide » le 1er samedi de chaque mois, d’octobre à juillet. Pour une meilleure appréhension des différents types de zones humides, les excursions se dérouleront en milieux d’eaux douces, en milieux d’eaux saumâtres et à proximité de milieux marins.
Ces sorties bénéficient du soutien de l’Agence de l’Eau Loire Bretagne et de Cap Atlantique.
  • Inscription obligatoire auprès du CPIE Loire Océane : 02.40.42.31.10
  • Sortie gratuite – Prévoir des chaussures adaptées (bottes) et jumelles.
  • Nouveau blog du CPIE : http://cpieloireoceane.over-blog.com
Pen-Bron
 

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 08/01/2012