Maison du Peuple à St Nazaire

Communiqué de la MdP avant le passage au Tribunal

L'audience pour l'expulsion des habitants de la Maison du Peuple de St Nazaire et alentours qui devait avoir lieu ce mercredi 16 janvier a été reportée à une date ultérieure, à la demande de la partie adverse.
 
Ce mercredi 16 janvier, à 9h, les gilets jaunes de la maison du peuple et leurs soutiens se rassembleront devant le TGI de Saint Nazaire pour soutenir les cinq habitants et frères de lutte pendant leur audience. Ils seront confrontés au propriétaire des lieux, promoteur immobilier de Paris qui veut le détruire pour y construire un immeuble. Le juge devra arbitrer entre les droits du propriétaire retardé dans son chantier donc lésé financièrement (et pour qui le droit apporte de fortes protections) et ceux des habitants, précaires, dormant auparavant qui dans sa voiture, qui dans la rue, qui chez des amis ou parents, et pour qui il existe encore quelques protections légales garantissant un minimum de droit au logement. Cinq habitants ont pu ou accepté de rentrer dans la
procédure. Mais c'est environ une vingtaine de personnes qui habitent le lieu en permanence en plus de celles et ceux qui n'y habitent que temporairement. La maison du peuple est un véritable lieu d'habitation qui offre refuge, chaleur humaine, liens sociaux à des personnes qui en seraient sinon privées.
Nous verrons de quelle façon le juge dira le droit, en arbitrant entre le droit de propriété et le droit au logement.
Une fois le délai accordé par le juge dépassé, il y aura un "recours à la force publique". Et c'est le préfet qui aura la main pour décider si et quand il procède à l'expulsion. On peut craindre qu'il ne relaie les consignes de fermeté du gouvernement et qu'il réalise avec zèle ce qui sera alors pour nous une opération de répression
du mouvement. Mais on peut aussi essayer de faire entendre la parole des habitants de Saint Nazaire et sa région qui sont attachés à ce lieu unique et demandent pour lui un sursis. Plus de 1000 personnes ont signé la pétition de soutien.
En deux mois, en partant de rien, la Maison du Peuple est devenu - en plus d'être un lieu de vie pour ses habitants et un lieu important pour le mouvement des gilets jaunes - un lieu ou des centaines de gilets jaunes ont retrouvé le sens de la solidarité, de la dignité, de la fraternité. Un lieu où on apprend à reprendre son destin en main grâce à la force du collectif. Où s'inventent des pratiques donnant au mot démocratie toute sa consistance. Où l'on redevient citoyen et où on s'engage pour changer le monde. Enfin un lieu où, dans le respect des différences, énormément de choses se rêvent et se réalisent : organisation d'actions, projections culturelles, théâtre, débats, ateliers divers, maraudes pour les sdf... les projets fleurissent.
Dans le monde sinistre, malade d'individualisme, de misère sociale et d'entre soi, un tel lieu est une formidable bouffée d'oxygène. ET c'est ce dont témoignent le milliers de personnes qui ont signé la pétition.
Monsieur le Préfet, mesurez ce que représentera l'expulsion de ce lieu au delà de la froide application du droit.
Bien sûr nous essayerons d'aller ailleurs. La Maison du Peuple c'est d'abord un collectif de personnes, hébergé dans un lieu. Mais une telle expulsion, si elle devait arriver trop vite, serait certainement pour nous une épreuve qui pourrait fragiliser ce que nous avons construit. De plus ce lieu nous convient bien. Il est très fonctionnel, en bon état et nous y dérangeons (sinon le proprio) personne.
Bref, Monsieur le Préfet, Monsieur le Juge, nous vous demandons de retarder le plus possible l'expulsion de la Maison du Peuple. Jusqu'à quand précisément ? Difficile à dire... En l'occupant, on avait dit qu'on le rendrait à la fin du mouvement. Donc logiquement on devrait vous dire "quand Macron aura démissionné".
Ce serait très sincère mais ça risque d'être reçu comme un pied de nez . Comme on est des gens raisonnables on vous propose autre chose. La trève hivernale est sans doute le minimum décent à nous accorder. Mais on demande un peu plus, jusqu'au 17/11/19, date anniversaire du début du mouvement. Après promis on déménage tranquillement. Mais on vous assure qu'on va tout faire pour accélérer les choses, pour pouvoir partir avant, en obtenant la démission de Macron au plus tôt.

La Maison du peuple le 13/01/1

Pétition en soutien à la Maison du Peuple

 

Mardi 15 janvier à la maison du peuple à 20h30 THEATRE la pièce GREVE / HOBOES

Six ouvriers, ouvrières, une usine, on doit supprimer un poste pour que l’entreprise continue à exister.
Six ouvriers, ouvrières, une usine, on doit se séparer de l’un d’entre nous pour continuer à survivre.
Qu’est-ce qu’on peut y faire ?
On peut s’entraider, voilà ce qu’on peut y faire
Six ouvriers, ouvrières, une usine, l’amitié, les déchirements, l’individualisme, les engeulades, l’incompréhension, la solidarité.
Six ouvriers, ouvrières, une usine.
Grêve : une aventure d’hommes et de femmes, de chair et de sang.

Mdp theatre greve 1

 

Greve

Ce communiqué a été publié intégralement, sans ajout, sans correction de rédaction, contrairement aux communiqués ou autres articles que vous pouvez lire dans la presse de masse qui sont relus, corrigés, par les rédactions (qui touchent des subventions et aides de l'Etat, contrairement aux médias indépendants comme le mien.)

 

Conférence théâtrale et gesticulée

Lundi 20H à la Maison du Peuple - Conférence théatrale et gesticulée. Une autre histoire des classes sociales

« Mais alors moi, j’appartiendrais à cette petite bourgeoisie intellectuelle ? Oui, mais en même temps, je suis ouvrier, enfin je suis enfant d’ouvrier. Je viens d’un milieu prolétaire que je revendique encore aujourd’hui et dont je ne me suis jamais totalement débarrassé. Quand je suis devenu étudiant, j’ai rencontré plein d’enfants de petits bourgeois intellectuels, qui me renvoyaient à ma condition de prolo… Finalement, et réflexion faite, je crois que j’ai le cul entre deux chaises… ».
Dans cette conférence gesticulée, Anthony Pouliquen interroge sa trajectoire personnelle, de la découverte de sa classe sociale à la construction de son désir révolutionnaire. Sa petite histoire s’entremêle ici avec la grande histoire, celle de la lutte des classes, des combats ouvriers, des conquêtes populaires. Celle également des trahisons et des renoncements de la petite bourgeoisie intellectuelle. L’occasion de faire entendre, à grand renfort de références cinématographiques, une autre histoire des classes sociales…

Tout public / durée 1 h 30 / prix libre
Maison du Peuple - 113 rue Maupertuis - St NazaireConference gesticulee
 

Mardi 15 janvier - Les Invisibles - Cinéville

- A 20h à Cineville "Les invisibles au cinéma". Soirée cinoche solidaire à cineville en gilet jaune (possibilité d'offrir ou se faire offir une place).

Louis-Julien Petit, réalisateur : Ce sont ceux qu’on n’aide pas à aider les autres. Ce sont autant les travailleurs sociaux qui exercent un métier très honorable, avec une force et une conviction telle qu’une réinsertion est possible, et les accueillis, les femmes accueillies, qu’on ne regarde plus, qu’on met un peu de côté.

J’ai traité ce film, de manière comique, pour qu’on casse les préjugés qu’on peut avoir sur ce milieu, les préjugés que l’on peut avoir sur quelque chose que l’on ne connaît pas. Dans la rue, on baisse un peu les yeux, on ne sait pas trop quoi faire. Le film sera réussi si en sortant de la salle on croise une personne et on repense à Chantal ou une autre femme que l’on a vu dans ce film… Pendant 1h40, ces femmes nous donnent d’elles, de leur force, de leur espoir, de leur vie. Elles témoignent au service de la fiction.

Bande annonce

En savoir plus "Les Invisibles"

Un lieu d'accueil et de rassemblement

Dans le cadre de la mobilisation des gilets jaunes, le samedi 24 novembre 2018, un bâtiment inoccupé - ayant servi de manière provisoire de sous-préfecture et de local pour l'Assédic, Pôle Emploi -, a été investi, sans dégradations, par des citoyens souhaitant en faire un point d'accueil, de rassemblement, de réunions, de base logistique (cuisine, dortoirs...), pour renforcer, coordonner et développer le mouvement.

Maison du peuple st nazaire

Ce lieu a été baptisé Maison du Peuple, en écho à l'Ancienne et regrettée Maison du peuple, sacrifiée pour construire le Ruban bleu en 2006. Actuellement ce lieu est occupé jour et nuit et fonctionne selon ce qui avait été imaginé, de manière responsable et autogérée.

La cuisineLa cuisine

 

 

 

 

La cuisine pour les petites et grandes fringales

La salle de jeuxMaison du peuple st nazaire 6Liste des besoins

Une pièce pour chaque besoin

Mur à idéesQuelques consignes

Chacun peut s'exprimer

Tracts et affichesMaison du peuple st nazaire

Toutes sortes de gens participent à la vie de la Maison du Peuple, soit juste de passage, soit davantage dans la participation. Chaque citoyen qui se sent concerné par ce mouvement peut y venir : chaque soir à 18 h une Assemblée générale a lieu pour discuter des actions de la journée et prévoir la suite du mouvement.

Des groupes de travail ont été constitués : communication, médical, sécurité, vie dans le lieu, matériel, ravitaillement, actions diverses, blocages/filtrages, liaison avec les ronds-points, intervention dans les quartiers, liens avec l'extérieur, groupe Noël....

Sapin gilets jaunes

Sapin gilets jaunes

 

Sapin gilets jaunes

 

Le sapin des souhaits de Noël

Tous les occupants de la Maison du Peuple en appellent à tous les citoyens, associations, organisations syndicales et partis pour soutenir les Gilets Jaunes et, en cas de besoin (si menace d'expulsion), à rejoindre ses occupants.

Maison du Peuple - 113 Rue de Maupertuis

Site de la Maison du Peuple

maisondupeuplesn@riseup.net

 

 

 

Commentaires (1)

maison du peuple
  • 1. maison du peuple | 19/12/2018
Merci pour ce joli reportage

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 15/01/2019