Chantier participatif Terre-Paille à Bouvron

Le principe de l’habitat partagé se développe dans l’hexagone, un moyen de devenir propriétaire tout en répondant au contexte économique, écologique et social. 

Pour aller dans ce sens, la commune de Bouvron a mis un terrain à disposition de quelques habitants. Sur ce terrain, deux maisons éco-construites l’ont été par des entreprises spécialisées, l'autre en auto construction sous la forme d’un chantier participatif. 

C'est une jeune famille franco-malgache qui a entrepris ce chantier, la 4ème maison de ce terrain, tout en habitant dans une yourte montée à côté le temps de la construction.

Le jardin est partagé, notamment le potager, ainsi que l’unité de phyto-épuration. 

« Les matériaux viendront, pour la plupart, du coin : la terre enlevée lors des fouilles, la paille du voisin agriculteur, les pierres de la carrière à deux kilomètres… bref le plus local possible et de la récup, en tout cas on évite les gros groupes industriels… puisque l’idée est de basculer vers un mode de vie qui soit le plus possible en adéquation avec ce que l’on pense, voire ce que l’on rêve ! », expliquent Douna et Daouda sur leur blog.

Le chantier a débuté en avril 2013 par des fondations romaines, ce qui demande beaucoup plus de boulot que du béton et des parpaings. Le montage de l’ossature bois débute en mars 2014. L’aide de Fabien, charpentier professionnel, est bien utile pour assurer cette partie du chantier. Les fondations se terminent en juillet 2014. 

Puis vient le montage du toit, isolé en paille recouverte de chaux pour une meilleure isolation. 

En septembre2014, c’est la construction des murs en terre-paille qui débute. Ces murs renferment de l'air (dans les brins de paille et les trous du mélange plus ou moins tassé) et l'ossature bois de la maison.

Des coffrages sont posés, c’est-à-dire que de grandes planches sont vissées sur l’ossature bois.

Murs en paille 2Murs en paille 3 Murs en paille

Pendant ce temps le mélange terre argileuse / eau / paille est réalisé dans une bétonnière. La terre argileuse provient de la phyto-épuration réalisée sur le terrain. 

Bétonnière

Ce mélange est apporté près des coffrages, puis incorporé à l’intérieur. Il doit être bien tassé, à l’aide de cales de bois voir de maillets. Une fois le coffrage rempli, il est déplacé (à côté ou au dessus) pour construire une autre partie du mur. Le séchage complet dure environ une semaine.

CoffrageCoffrage 2

 

 

 

 

Le remplissage du haut des murs demande forcément plus de temps et de patience car la place est limitée pour tasser le mélange terre / paille. 

Terre paille fin

Une fois les murs terminés, il restera tout l’aménagement à installer : fenêtres, électricité, réseau d’eau ,...il reste environ 2 ans de travail.

Je souhaite que ce type de construction se développe, en chantier participatif ou par le biais d’entreprises spécialisées, car il comporte beaucoup d’atouts auxquels on ne pense pas forcément, décrits sur cette page.

Je souhaite longue vie à ce genre d’initiative, moi aussi je rêve d'habiter un jour dans une maison construite en terre-paille. 

Contact :Douna et Daouda,ladouna@gmail.com 

Reportage réalisé par Vianney Marchand 

 

Lire aussi ce précédent article sur le sujet : Des murs en paille pour une maison écologique

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 10/03/2016