Pas à pas vers moins de déchets

Une association Zéro Déchet à St Nazaire

Le groupe Zéro Déchet Saint-Nazaire est devenue une association avec un objectif principal : promouvoir et rendre accessible à tous la démarche zéro déchet sur le territoire nazairien.

L'Association Zéro Déchet Saint-Nazaire recherche des bénévoles pour son marché de Noël éco-responsable qui aura lieu les 16-17 novembre au Garage à St Nazaire. Pour animer le stand de l'asso, installer/démonter la salle, tenir le bar, coller des affiches en amont etc

Contact : zerodechet_saintnazaire@lilo.org ou sur la page Facebook

Association zero dechetAssociation zero dechet 1

Soirée de lancement de l'association - 15 mars 2019

Vers plus de simplicité

A force de voir des images de décharges qui croulent sous nos déchets, de sacs plastiques qui enlaidissent les talus, haies et bocages de nos campagnes et polluent les océans... on se dit que c'est à nous de commencer, par des petits gestes, à refuser d'en ajouter davantage encore et encore...

Je ne suis pas parfaite et j'ai conscience qu'il y a encore beaucoup de choses à changer mais voici ce que j'essaie de faire au quotidien, avec des idées glanées au fil des exemples donnés par celles et ceux qui se lancent dans l'aventure du (presque) zéro déchet.

- Dans la salle de bain : le gel douche a été remplacé par du savon d'alep (bien meilleur pour la peau que le gel chimique), le coton à démaquiller par des carrés découpés dans une vieille serviette éponge, le shampoing est solide (en magasin bio ou vrac ou à fabriquer soi-même)....

Lingettes nettoyantes lemmy

Je fabrique mes produits de soin dont voici quelques recettes :

  • Eau de rose : récolter des pétales à la saison des roses (assez étendue selon le type de rosier), les faire sécher afin de les utiliser toute l'année. Mettre une poignée de pétales dans de l'eau frémissante, laisser infuser 20 mn environ (après avoir éteint), filtrer et mettre dans un flacon opaque, ça se garde une quinzaine de jours.

Eau de roseEau de rose 2

  •  Déodorant : quelques gouttes d'huile essentielle de palmarosa ou une pincée de bicarbonate sur la peau mouillée,
  • Baume hydratant : mélanger de l'huile végétale avec des copeaux de cire d'abeille à chauffer 5 minutes au bain marie puis ajouter, hors du feu, quelques gouttes d'huile essentielle (géranium rosat ou lavande vraie...),  laisser tiédir et mettre dans un pot,
  • Dentifrice : argile blanche + bicarbonate + quelques gouttes d'HE de citron ou de menthe,
  • Huile de pâquerette ou de millepertuis ou de calendula (soucis) : à laisser macérer dans de l'huile végétale durant 3 semaines (au soleil quand c'est possible, c'est encore mieux),

Huile aux paquerettes

Dans la cuisine, j'en ai eu assez de devoir changer les éponges souvent, je les ai remplacées par des lingettes en tissu, donc réutilisables et tawashis. Les serviettes en tissu ont remplacé celles en papier et le sopalin par un vieux torchon en coton.

Tawashis

Pour le ménage des produits naturels (en magasins bios) me permettent de fabriquer lessive et produits ménagers (toilettes, éviers, sols, vitres, vaisselle...) : bicarbonate de soude, vinaigre blanc, savon de marseille, percabonate de soude, cristaux de soude, savon à l'argile... Depuis quelques temps je fais de la lessive au lierre, rien de plus simple : porter à ébullition une cinquantaine de feuilles de lierre dans un litre d'eau, laisser macérer 24 h, filtrer, conserver un mois au frais.

Pause

J'ai la chance d'avoir du temps et un potager : je cuisine (plats très simples) donc directement les légumes du jardin complétés par ceux des marchés de producteurs... ce qui m'amène à parler du panier que j'y emporte, avec 1 ou 2 bocaux en verres, des sacs papiers que je réutilise au maximum (ou des sacs en tissu achetés en magasins bios)et une gourde en inox pour le lait.

 

Panier de marchéJe glane dans la nature : graines (fenouil, maceron, ail sauvage...), salicornes, orties et autres verdures, chataîgnes, champignons, plus rarement des fruits (je jette mes noyaux dans les talus pour qu'ils repoussent à l'état sauvage ;)Salicornes

Je ne jette plus aucune nourriture, j'achète juste ce dont j'ai besoin pour quelques jours. Les épluchures vont directement sur la terre du potager, je me sers aussi pour nettoyer, avec de la cendre et de l'eau, la vitre du poële à bois des emballages papiers restants ou je les donne aux ami.e.s producteurs.

Les vêtements, la déco, les loisirs sont chinés/glanés ici ou là, je préfère l'objet d'occasion : par souci d'économie, pour éviter le surrembalage, pour la qualité (un vêtement d'occasion de bonne facture est préférable à du neuf bon marché), pour le réemploi et j'essaie au maximum de faire réparer lorsqu'il y a casse. De plus en plus d'associations proposent ces services, des boîtes à donner fleurissent un peu partout, des gratiferias sont organisées et pour les objets usuels : les Repair-Cafés qui font des petits dans les alentours !

VieLaJoie

 

 

 

 

 

 

 

La Clis-box, installée à Clis - près de la Salle des Perrières - par l'association Vielajoie

 

Je fais un peu de couture pour réemployer-réutiliser des vêtements qui ne me conviennent plus (photo ci-dessous, une pochette jean simplement découpée dans le haut d'un vieux jean, (elle a beaucoup de succès et c'est tout bête à faire !)

Le bricolage n'est pas ma tasse de thé mais avec un peu de créativité, je relooke certains objets (ficelle enroulée autour des poignées de portes du buffet car certaines s'étaient fendues).

Pochette jean

Poignées relookées

 

 

 

Je nettoie la voiture après la pluie, juste en passant un vieux tee-shirt sur les vitres et la carosserie, ça se fait en 5 minutes et c'est nickel, mon grand-père le faisait sur sa jolie 4 chevaux noire :)

Noël, le summum de la surconsommation, pour offrir j'achète vintage ou je fais des "paniers maison".

Concrètement, voici ce que j'ai supprimé des placards (sans douleur ;) : serviettes et mouchoirs en papier, sopalin, coton, gel douche, produits d'entretien non biodégradables, sacs et contenants en plastique, bouteilles en verre (remplacées par des cubis... en attendant le retour des consignes !), cadres et beaucoup de livres et quelques objets de déco...

Je réutilise au maximum les petits contenants, les enveloppes et les bocaux pour y garder les graines et semences (jardin et aromatiques).

Thes et tisanes

J'essaie aussi de tendre de plus en plus vers le minimalisme, sans excès et sans douleur, avec cette méthode : j'ouvre un placard, un tiroir et je m'interroge "depuis combien de temps je ne me suis pas servie de ceci ou cela ? Cela vaut-il la peine de m'encombrer avec cet objet, cette vaisselle, ces "au cas où ?". J'ai consacré le coin d'une pièce à ces objets, vêtements etc..., je les garde un moment et s'ils n'ont toujours pas servi, je les donne aux associations, à la famille, aux ami-e-s, je me déleste régulièrement lors des gratiferias, le troc, la revente... J'essaie aussi d'appliquer le principe "une arrivée-un départ" lorsque je rapporte un vêtement/objet nouveau.

Pour conclure, je dirai que j'avance pas à pas et qu'il y a encore du progrès à faire... mais que tout cela, loin d'être une corvée, m'a apporté beaucoup de plaisirs : fabriquer soi-même, se débrouiller, system'D, rencontrer des gens dans la même démarche, créer, (ré)inventer, être en accord avec ses valeurs, retrouver ce qui était bien avant... sans être pour autant dans la nostalgie. C'est à la fois une démarche écologique et économique.

Ma bibliothèque :

Comment devenir autonome, Kaizen, hors-série n° 8

Mes astuces green 100% anti-gaspi - Sophie Macheteau

Fabriquer ses produits naturels chez soi - Jérôme Baray

Mon cahier de recettes droguerie (en magasin bio)

Mon cahier de recettes aux huiles essentielles - Sophie Lacoste

Guide de survie joyeuse - Guylaine Goulfier

Zéro plastique, zéro toxique - 101 astuces et DIY - Aline Gubri

Témoignage de Clémentine

Sur le groupe Facebook "Le Défi, rien de neuf", j'ai trouvé le témoignage de Clémentine vraiment intéressant :

"Pour moi le défi rien de neuf ce n’est pas que regarder du côté de l’occasion ou du zéro déchet. Il faut aussi se pencher du côté du minimalisme pour ceux qui ne connaissent pas vraiment. Par exemple il y a les garde-robe capsule/minimaliste/333. Lorsque notre armoire est envahie de fringue qui ne nous vont plus ou que l’on aime plus cela nous donne l’impression que l’on a rien à se mettre et qu’il nous faut acheter de nouveaux vêtements. De faire le tri et de ne garder que des vêtements qui nous plaisent, qui nous vont, qui s’associent bien nous donne beaucoup moins envie d’acheter. On redécouvre un T-shirt qu’on avait oublié au fond d’un tiroir ou alors on sait exactement quoi mettre avec quoi et avec quel accessoire.
Dans la cuisine plus on a de chose plus on a tendance à acheter. On rachète quelque chose de cassé ou de vieux par habitude alors que finalement on ne s’en sert jamais de cet accessoire/ustensile.
En décoration si on a que quelques objets que l’on aime vraiment, on peut plus facilement les intervertir et les changer de place. Par ex changer ses photos. Dans une cuisine « épurée » un beau bouquet ou une belle corbeille de fruit sera super.
Moins on a de chose moins on a envie d’acheter je trouve.
Alors moi mon défi ce n’est pas rien de neuf mais c’est plutôt rien d’inutile ce qui me permet de faire des économies et d’acheter des produits de qualité et de fabrication française.
Je dois changer ma poêle dont le téflon part en miette (donc dangereux en plus). Grâce aux économies je vais racheter une poêle tout inox de marque française par exemple."

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 19/10/2019