Pour Maxime, contre les grenades explosives

Les mois d’avril et mai dernier, les expulsions sur les terres de la zad à Notre-Dame-Des-Landes signifiaient des milliers de gendarmes, de tirs tendus, et d’affrontements. Mardi 22 mai, Maxime, un jeune de 21 ans étudiant à Lille, a eu la main littéralement arrachée par l’explosion d’une grenade, tirée par les forces de l’ordre. Mercredi 30 mai un rassemblement a eu lieu devant la mairie de St Nazaire, les participants portaient un gant rouge à la main droite, symbole de la mutilation à laquelle il doit faire face.